Trois gîtes de charme disposant chacun d’une terrasse, vue sur maquis, mer et l’île d’Elbe, situés à Poghju village de la commune de Luri (Cap Corse)


Promenade hivernale à Canari

JPEG - 87.5 ko

En ce dimanche de fin janvier, nous avons répondu présents à l’invitation de l’association Cap’in Lingua [1] afin de visiter Canari, commune située sur la côte occidentale du Cap Corse.

Sur la route D33, préférable à la D80 pour les panoramas offerts mais très sinueuse et étroite, après avoir croisé quelques chasseurs, une autre réalité du Cap Corse nous attend : un troupeau de chèvres ! Passés cet obstacle, il a fallu tout de même descendre du véhicule pour inviter de la voix ces charmants ovins à rejoindre le bas-côté, nous nous dirigeons vers notre but appelé autrefois par les Romains, Kanelate. Traversant quelques hameaux perchés de la commune de Barrettali, il est impossible de pas être subjugués par le spectacle offert par les montagnes enneigées du Niolu accueillant en autre le Monte Cintu - le plus haut sommet corse -, le golfe de San Fiurenzu [2] et le désert de l’Agriate.

Arrivés sur la place de Pieve, le village central de Canari, nous rejoignons le groupe pour débuter la visite sous la houlette de notre guide, Anne-Marie.
On commence par l’église conventuelle Saint-François. Fondée au XVIème siècle, ce monument propose un décor baroque et renferme plusieurs oeuvres classées au titre des Monuments historiques, telles qu’un tableau à la gloire de Saint-Michel, des plaques et une dalle funéraire, ...
La bâtisse accueillant autrefois le couvent franciscain héberge aujourd’hui deux expositions permanentes. La première est dédiée au costume traditionnel corse datant de 1850 à 1900 où l’on pourra noter que le noir n’était pas de mise avant la fin du XiXème siècle. Huit mannequins de femmes tournant sur eux-mêmes en témoignent. Un mannequin masculin nous offre une image de la tenue vestimentaire traditionnel du berger et son typique manteau en poil de chèvre appelé "pilone".
La deuxième exposition propose une collection de photographies anciennes (du milieu du XIXème siècle jusqu’à la moitié du XXème) recueillies auprès des familles du village de Canari. Un dispositif virtuel permet ainsi aux visiteurs, au travers de nombreux thèmes (portraits, chasse, marins, école, ...) de consulter cette riche et splendide collection.

En quelques pas, nous arrivons devant l’église Santa Maria Assunta. Elle fut érigée à l’époque romane sous la domination de Pise et reste aujourd’hui dans un excellent état. Puis, nous faisons un petit tour par la chapelle Santa Croce.

Après cette nourriture culturelle, il est venu le temps d’une alimentation bien plus terrestre, direction le restaurant le chat qui pêche. Un cadre magnifique aussi bien à l’intérieur, doté de belles voûtes, qu’à l’extérieur avec sa magnifique terrasse et le panorama offert, un accueil chaleureux et une cuisine délicieuse.

Après cela, une bonne balade digestive était de rigueur... Direction le village de Imiza, aujourd’hui en grande partie en ruine mais d’une beauté incontestable. Pour y accéder, nous passons au milieu du cimetière qui a un air de Père-Lachaise avec ses petits tombeaux, ses chemins verdoyants... A Imiza, on découvre, outre un village qui fut fort peuplé, une très jolie chapelle, Santa Catalina, avec encore une fois un panorama à couper le souffle.

Le soleil commence à se coucher sur les cimes corses, il est temps pour nous de rentrer à Luri. Quel beau dimanche !


Portfolio


[1Assocation culturelle capcorsine qui propose en dehors de la période estivale, outre des visites guidées du Cap Corse, des cours de langue corse

[2Saint Florent