Trois gîtes de charme disposant chacun d’une terrasse, vue sur maquis, mer et l’île d’Elbe, situés à Poghju village de la commune de Luri (Cap Corse)


L’île de la Giraglia : ultime terre corse septentrionale

JPEG - 39.5 ko

Ce rocher de moins de 10 mille hectares repose à l’extrême nord du Cap Corse et comme son nom le suggère on le contourne pour passer d’Est en Ouest, de la mer Tyrrhénienne à celle de Ligure (ça marche dans l’autre sens aussi...).

Point stratégique de par sa position en mer Méditerranée, l’île s’est vue dotée d’une Tour génoise carrée des la fin du 16ème siècle (1585). Une chapelle et un oratoire, aujourd’hui représentés par quelques ruines, un bâtiment militaire (voulu par Napoléon 1er) ont aussi vu le jour sur ce bout de terre. Son phare, classé au titre des monuments historiques, est aux services des navigateurs depuis 1848, sa lumière rayonne jusqu’à 100 km de distance.

Depuis 2008, l’île de la Giraglia [1], appartenant au territoire communal de Ersa, tout comme ses consoeurs Finocchiarola, située sur la commune de Rogliano, et Capense, émergeant à portée de brasses du port de Centuri, sont devenues site Natura 2000.
Faune et flore y sont ainsi protégées. Des oiseaux marins y nichent et s’y reproduisent à l’instar des goélands d’Audouin, des cormorans huppés et autres puffins cendrés. Fauvettes méditerranéennes et lézards endémiques y sont par nature chez eux.

La Giraglia ne se visite pas, on ne y accoste pas mais elle peut se contempler et s’observer depuis la mer comme la terre, sur 360 degrés. Elle est à vos côtés sur la route D80 reliant Rogliano à Centuri, vous en avez une vue dominante depuis de nombreuses crêtes du massif de la Serra et la sensation de presque pouvoir la toucher en prenant le sentier des douaniers entre Macinaggio et Barcaggio.

En voici quelques témoignages photographiques.


Portfolio


[1Note : se prononce "djiralia"